Méthodologie du doctorat – Pourquoi participer à une action de médiation scientifique ?

La diffusion des connaissances et le dialogue entre les chercheurs et les citoyens font partie intégrante des missions des universités et des autres établissements d’enseignement supérieur et de recherche.  

Les activités d’animation de la recherche et de médiation scientifique à destination du grand public permettent de répondre à cette mission. Ces activités contribuent également à l’accompagnement du monde académique dans son ouverture vers la société au sens large.

 Parmi les actions menées à Rennes par les chercheurs et scientifiques en 2017, citons le Festival des Sciences de Rennes Métropole et le Village des Sciences (installé à l’INSA cette année). Début octobre, divers publics ont pu rencontrer des chercheurs dans une ambiance conviviale. C’est dans ce cadre que j’ai représenté le Laboratoire HCTI auprès des visiteurs.

 Cela m’a permis de faire connaître les sciences du langage ainsi que mon sujet de thèse à un large public tout en partageant mes premiers résultats de recherche. Le débat suscité a également donné lieu à des questionnements sur divers enjeux sociétaux de la recherche en sciences du langage.

Cette année le Village des Sciences s’est installé à l’INSA sur le Campus scientifique de Beaulieu, à Rennes 1. Dans la continuité de l’atelier auquel j’ai participé l’an dernier au Quartz lors de la Fête de la Science 2016 à Brest, mon atelier de cette année a parlé d’Harry Potter et de ses problèmes de traduction. Il a aussi été question de sciences du langage, de traduction, d’informatique… et de cyberdéfense.

Cliquez ici pour visionner le teaser de l’événement !

 

Rédaction : AC Perrigaud

Sources utilisées pour la rédaction de ce billet :

Nuit Européenne des Chercheurs

Cette année, ce sont plus de 200 villes en Europe dont 12 villes en France qui vont accueillir cet événement nocturne. Les visiteurs auront l’opportunité de rencontrer en direct des chercheurs de toutes disciplines, au cœur d’espaces insolites : à Brest c’est l’Océanopolis qui accueillera le grand public.

Comme chaque année, les visiteurs pourront se promener au gré de leur curiosité à travers des espaces scénographiés. Ils pourront également participer à des mini-conférences et à des animations diverses.

 

 

Cette année la Nuit Européenne des Chercheurs aura lieu le 29 septembre 2017. Comme l’an dernier, je serai à cette occasion à l’Océanopolis de Brest de 18h00 à minuit. Cette année, sur mon atelier, il sera question de traduction, d’informatique… et de magie.

Rédaction : AC Perrigaud

Sources utilisées pour la rédaction de ce billet :

Cybersécurité, défense et maîtrise de l’information : à quoi sert l’analyse du discours de la cyberdéfense ?

Les problématiques de cyberdéfense deviennent de plus en plus incontournables dans un contexte d’explosion de la mobilité, de généralisation de la dématérialisation des transactions et d’explosion des réseaux sociaux. Le renforcement de la lutte contre la cybercriminalité est d’ailleurs devenu l’une des priorités de l’Union européenne.

L’analyse du discours de la cyberdéfense a un rôle à jouer dans ce contexte. Précurseur dans le domaine, le projet ALICIA (Analyse LInguistique Contrastive du français et de l’anglais de l’Informatique Appliquée à la cyberdéfense) y contribue.

En effet, le projet de thèse de doctorat en sciences du langage qui a donné naissance à ce carnet de recherche trouve précisément son origine dans une difficulté fréquemment rencontrée par les traducteurs pragmatiques travaillant sur le discours de la cyberdéfense : le manque de sources de référence fiables et à jour dans une discipline novatrice, elle-même en train d’émerger en tant que sujet d’étude indépendant : la cyberdéfense.

Ce contexte particulier met en exergue la nécessité de s’affranchir des dictionnaires et autres lexiques pour compiler ex nihilo des corpus (parallèles ou comparables) dans le but de pallier en un minimum de temps le manque d’ouvrages de référence traditionnels et permettre au professionnel de travailler sur ses projets de traduction en étant opérationnel dès le premier jour.

Dans les domaines technologiques novateurs, tels la cyberdéfense et la cybersécurité, les traducteurs pragmatiques se montrent, souvent à raison, méfiants envers les dictionnaires et bases de données terminologiques compilées par des experts de la langue ; ils ont naturellement tendance à se référer aux experts du domaine.

Les experts n’étant pas facilement accessibles dans le domaine de la cyberdéfense, l’extraction linguistique de données à partir de corpus linguistiques issus de sources dont la validité est attestée semble pouvoir apporter des solutions à la fois rapides et efficaces aux questions linguistiques que se posent les traducteurs pragmatiques.

Rédaction : AC Perrigaud

Sources utilisées pour la rédaction de ce billet :

  • Altérité(s) / altération(s) du discours spécialisé à l’épreuve de la traduction : le discours de la cyberdéfense à l’auberge du lointain, AC Perrigaud, Communication à l’occasion du Séminaire HCTI, UBO, Brest, 27/04/2016.
  • Analyse linguistique contrastive du français et de l’anglais de l’informatique, l’exemple de la cyberdéfense, Communication à l’occasion du Forum des doctorants ALL/SHS, UBO, 25/05/2016.
  • La traduction des expressions figées de l’anglais vers le français. Le cas des expressions figées anglaises relatives à la cyberdéfense, AC Perrigaud, Communication à l’occasion du Colloque international « Les séquences figées : des propriétés linguistiques à l’enseignement en FLE », UBO, Brest, 14/10/2016.
  • Les marques de genre(s) dans le discours de la cyberdéfense, AC Perrigaud, Communication à l’occasion du Séminaire HCTI, UBO, Brest, 14/12/2016.