Méthodologie du doctorat – Abandonner le portable pendant les réunions ?

Dans notre société hyperconnectée, quel est l’effet de la généralisation des écrans pendant les réunions ? Les ordinateurs portables et les téléphones nous empêchent-ils de nous concentrer sur ce qui se dit ? Sont-ils des outils utiles au service de plus d’efficacité ? Ou au contraire ne sont-ils pas en train de faire reculer la communication, et les échanges ? Des chercheurs ont étudié la question et plusieurs études ont mis en évidence un certain nombre de comportements liés à la présence d’écrans pendant les cours à l’université.

Les comportements problématiques semblent tous plus ou moins liés à des activités multiples menées de front alors qu’une personne est en train de parler, à savoir :
-ne pas prêter attention aux orateurs et faire autre chose sur son PC ;
-consulter ses e-mails;
-lire l’actualité ;
-surfer sur des sites Web de divertissement pendant les cours, et ainsi de suite.

Pourtant, les outils numériques peuvent nous être utiles en répondant à notre besoin d’efficacité et de productivité pour :
-prendre des notes ;
-partager des fichiers ;
-vérifier des informations ;
-s’accommoder de l’exiguïté de certains espaces de travail.

Alors, comment tirer le meilleur des technologies tout en remettant l’humain au centre des processus ? Comment améliorer notre communication ? Raccourcir la durée de nos réunions, tout en les rendant plus efficaces ?

Pendant trois mois, je vais tester la méthode suivante : fournir un plus grand travail de préparation avant la réunion, et réaliser plus de reporting après la réunion, et pas d’écran pendant la réunion de travail. Pas de téléphone non plus. Rendez-vous dans trois mois pour débriefer…

D’ores et déjà, je peux prédire que ce nouvel état d’esprit va m’obliger à anticiper davantage et à préparer encore plus finement la réunion, et bien sûr il me faudra continuer à :

-envoyer l’ordre du jour à l’avance pour chaque réunion ;
-envoyer les diapositives PPT à l’avance pour préparer la réunion ;
-imprimer plusieurs exemplaires du PPT afin de pouvoir le compléter en réunion ;
-fournir un récapitulatif des discussions après la réunion ;
-compléter et finaliser le fichier PPT rempli après la réunion.

Et vous, comment envisagez-vous d’améliorer l’efficacité de vos réunions de travail pendant le doctorat ?

 

Rédaction : AC Perrigaud

Sources utilisées pour la rédaction de ce billet :

Méthodologie du doctorat – Pourquoi participer à une action de médiation scientifique ?

La diffusion des connaissances et le dialogue entre les chercheurs et les citoyens font partie intégrante des missions des universités et des autres établissements d’enseignement supérieur et de recherche.  

Les activités d’animation de la recherche et de médiation scientifique à destination du grand public permettent de répondre à cette mission. Ces activités contribuent également à l’accompagnement du monde académique dans son ouverture vers la société au sens large.

 Parmi les actions menées à Rennes par les chercheurs et scientifiques en 2017, citons le Festival des Sciences de Rennes Métropole et le Village des Sciences (installé à l’INSA cette année). Début octobre, divers publics ont pu rencontrer des chercheurs dans une ambiance conviviale. C’est dans ce cadre que j’ai représenté le Laboratoire HCTI auprès des visiteurs.

 Cela m’a permis de faire connaître les sciences du langage ainsi que mon sujet de thèse à un large public tout en partageant mes premiers résultats de recherche. Le débat suscité a également donné lieu à des questionnements sur divers enjeux sociétaux de la recherche en sciences du langage.

Cette année le Village des Sciences s’est installé à l’INSA sur le Campus scientifique de Beaulieu, à Rennes 1. Dans la continuité de l’atelier auquel j’ai participé l’an dernier au Quartz lors de la Fête de la Science 2016 à Brest, mon atelier de cette année a parlé d’Harry Potter et de ses problèmes de traduction. Il a aussi été question de sciences du langage, de traduction, d’informatique… et de cyberdéfense.

Cliquez ici pour visionner le teaser de l’événement !

 

Rédaction : AC Perrigaud

Sources utilisées pour la rédaction de ce billet :

Nuit Européenne des Chercheurs

Cette année, ce sont plus de 200 villes en Europe dont 12 villes en France qui vont accueillir cet événement nocturne. Les visiteurs auront l’opportunité de rencontrer en direct des chercheurs de toutes disciplines, au cœur d’espaces insolites : à Brest c’est l’Océanopolis qui accueillera le grand public.

Comme chaque année, les visiteurs pourront se promener au gré de leur curiosité à travers des espaces scénographiés. Ils pourront également participer à des mini-conférences et à des animations diverses.

 

 

Cette année la Nuit Européenne des Chercheurs aura lieu le 29 septembre 2017. Comme l’an dernier, je serai à cette occasion à l’Océanopolis de Brest de 18h00 à minuit. Cette année, sur mon atelier, il sera question de traduction, d’informatique… et de magie.

Rédaction : AC Perrigaud

Sources utilisées pour la rédaction de ce billet :

Forum des Doctorants des ED ALL/SHS

Le mois prochain, la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’UBO accueille le Forum des Doctorants 2017.

Cet événement est organisé chaque année par les écoles doctorales Arts, Lettres et Langues et Sciences Humaines et Sociales de l’UBO.

L’édition de cette année aura lieu le 17 mai 2017. Venez nombreux !

Rédaction : AC Perrigaud

Sources utilisées pour la rédaction de ce billet :

Colloque international : Médiations apocalyptiques

Cette semaine, l’UBO accueille un colloque international consacré aux monstres.

Le colloque Médiations apocalytiques est organisé par HCTI (UBO, EA4249), EMMA (Montpellier 3, EA741) et Transferts critiques et dynamiques des savoirs (Paris 8, EA1569). Du mercredi 8 au vendredi 10 mars 2017, ce colloque international « entend introduire plus spécifiquement la culture de l’écran (Gervais) et la société écranique (Lipovetsky, Serroy) qui sont devenus les signes distinctifs de la période contemporaine ».

Parmi les questions à l’ordre du jour de ces trois journées, on retrouve notamment les concepts de « discours et figurations de l’apocalypse ». La « place des espaces » [virtuels] et des « univers virtuels » sera également abordée.

Rédaction : AC Perrigaud

Sources utilisées pour la rédaction de ce billet :

Méthodologie du doctorat – Comment s’y prendre pour animer un séminaire, une table-ronde ?

Depuis le début de mon doctorat, j’ai eu l’occasion d’animer deux séances du cycle de séminaires de doctorants HCTI. Cette expérience m’a inspiré quelques réflexions sur la manière d’aborder cet exercice.

1.L’animation réussie d’une discussion s’apparente à un art. Il convient tout d’abord d’annoncer le sujet ou la thématique de la séance et les enjeux évoqués. Le succès de la table-ronde est le résultat de la mise en œuvre optimale par l’animateur de sa capacité à permettre à chaque panéliste de contribuer de la meilleure façon possible au débat.

2.Si la table-ronde est interdisciplinaire, alors il faut naviguer d’un sujet à l’autre, ne pas perdre de vue la nécessité de faire évoluer les échanges tout en gardant à l’esprit la thématique choisie pour la séance, et qui fédère les différentes interventions : animer les échanges dans un esprit constructif et viser à réunir ce qui au départ semble épars.

3.Un autre souci sera de veiller au respect d’une équité entre les temps d’intervention des uns et des autres, de relancer le cas échéant les échanges, sans oublier de gérer le temps et les aléas techniques.

En guise de conclusion, je dirais que toute la difficulté est de garder à l’esprit chacun des points évoqués ci-dessus tout en contribuant à créer des échanges vivants entre 3 à 6 intervenants et un auditoire qui souhaite à la fois les écouter, leur poser des questions et dialoguer avec eux. À ce stade, c’est le rythme qui joue un rôle crucial.

Pour un événement réussi, il faut donc un subtil dosage entre gestion du temps, adaptation aux imprévus, attention portée aux intervenants, capacités d’écoute de la salle afin de garantir la fluidité des échanges et des discussions.

Rédaction : AC Perrigaud

Sources utilisées pour la rédaction de ce billet :

Forum International de la Cybersécurité – FIC 2017

J’ai le plaisir de participer à la 9ème édition du FIC qui se tiendra à Lille Grand Palais les 24 et 25 janvier prochains. J’y présenterai mon sujet de thèse de doctorat en sciences du langage sur le thème du « discours de la cyberdéfense » dans la catégorie « Jeunes Chercheurs FIC ». Les interventions des Jeunes Chercheurs FIC auront lieu à l’Espace FIC Lab pendant un atelier qui se tiendra de 14h30 à 16h00 le mercredi 25 janvier 2017.

Le Forum international de la cybersécurité (FIC) est un évènement européen traitant de la cybersécurité, lancé en 2007 par la Gendarmerie nationale. Le FIC s’inscrit dans une démarche de réflexions et d’échanges visant à promouvoir une vision européenne de la cybersécurité. Dans la continuité du marché unique numérique et du projet de règlement sur la protection des données personnelles, le FIC est l’évènement européen de référence réunissant tous les acteurs de la confiance numérique.

La 9ème édition du FIC se tiendra les 24 et 25 janvier 2017 à Lille sur le thème « Smarter Security for future technologies » : les enjeux internationaux, la filière cybersécurité, la sécurité en entreprise, la lutte anti-cybercriminalité, les nouvelles technologies, les questions de société et les technologies de sécurité.

Rédaction : AC Perrigaud

Sources utilisées pour la rédaction de ce billet :

Séminaires de doctorants HCTI

Dans le cadre de la préparation de ma thèse de doctorat en sciences du langage appliquées au discours de la cyberdéfense, je participe aux séminaires de doctorants HCTI ainsi qu’aux autres activités scientifiques du Laboratoire Héritages et Constructions dans le Texte et l’Image (Équipe d’accueil EA 4249) de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Bretagne Occidentale (UBO).

Parmi les activités du laboratoire, le cycle de séminaires de doctorants HCTI occupe une place toute particulière : il permet aux doctorants du laboratoire de se retrouver régulièrement et de discuter de leurs sujets de thèses. Nous échangeons sur des points de méthodologie et présentons l’avancement de nos recherches doctorales lors de tables rondes.

Pendant ma première année de doctorat, j’ai présenté à l’occasion de ces tables rondes plusieurs communications. J’ai également assuré l’animation d’une séance. Cette année, je poursuis ces activités et je m’y implique encore plus fortement : je participe en effet activement à l’organisation des séances ainsi qu’au comité scientifique.

Rédaction : AC Perrigaud

Sources utilisées pour la rédaction de ce billet :

Cybersécurité, défense et maîtrise de l’information : à quoi sert l’analyse du discours de la cyberdéfense ?

Les problématiques de cyberdéfense deviennent de plus en plus incontournables dans un contexte d’explosion de la mobilité, de généralisation de la dématérialisation des transactions et d’explosion des réseaux sociaux. Le renforcement de la lutte contre la cybercriminalité est d’ailleurs devenu l’une des priorités de l’Union européenne.

L’analyse du discours de la cyberdéfense a un rôle à jouer dans ce contexte. Précurseur dans le domaine, le projet ALICIA (Analyse LInguistique Contrastive du français et de l’anglais de l’Informatique Appliquée à la cyberdéfense) y contribue.

En effet, le projet de thèse de doctorat en sciences du langage qui a donné naissance à ce carnet de recherche trouve précisément son origine dans une difficulté fréquemment rencontrée par les traducteurs pragmatiques travaillant sur le discours de la cyberdéfense : le manque de sources de référence fiables et à jour dans une discipline novatrice, elle-même en train d’émerger en tant que sujet d’étude indépendant : la cyberdéfense.

Ce contexte particulier met en exergue la nécessité de s’affranchir des dictionnaires et autres lexiques pour compiler ex nihilo des corpus (parallèles ou comparables) dans le but de pallier en un minimum de temps le manque d’ouvrages de référence traditionnels et permettre au professionnel de travailler sur ses projets de traduction en étant opérationnel dès le premier jour.

Dans les domaines technologiques novateurs, tels la cyberdéfense et la cybersécurité, les traducteurs pragmatiques se montrent, souvent à raison, méfiants envers les dictionnaires et bases de données terminologiques compilées par des experts de la langue ; ils ont naturellement tendance à se référer aux experts du domaine.

Les experts n’étant pas facilement accessibles dans le domaine de la cyberdéfense, l’extraction linguistique de données à partir de corpus linguistiques issus de sources dont la validité est attestée semble pouvoir apporter des solutions à la fois rapides et efficaces aux questions linguistiques que se posent les traducteurs pragmatiques.

Rédaction : AC Perrigaud

Sources utilisées pour la rédaction de ce billet :

  • Altérité(s) / altération(s) du discours spécialisé à l’épreuve de la traduction : le discours de la cyberdéfense à l’auberge du lointain, AC Perrigaud, Communication à l’occasion du Séminaire HCTI, UBO, Brest, 27/04/2016.
  • Analyse linguistique contrastive du français et de l’anglais de l’informatique, l’exemple de la cyberdéfense, Communication à l’occasion du Forum des doctorants ALL/SHS, UBO, 25/05/2016.
  • La traduction des expressions figées de l’anglais vers le français. Le cas des expressions figées anglaises relatives à la cyberdéfense, AC Perrigaud, Communication à l’occasion du Colloque international « Les séquences figées : des propriétés linguistiques à l’enseignement en FLE », UBO, Brest, 14/10/2016.
  • Les marques de genre(s) dans le discours de la cyberdéfense, AC Perrigaud, Communication à l’occasion du Séminaire HCTI, UBO, Brest, 14/12/2016.